Archives pour la catégorie 5 – Les conneries

Parce qu’il y a des révolutions permises et d’autres pas !

                

revolution.jpg

                                                        

Le poulet au whisky

Attention, recette à ne réaliser qu’en cas de grosse déprime :
Le poulet au whisky (lire attentivement la recette jusqu’au bout)
fameuse recette du poulet au whisky :

Prendre un poulet d’environ 1,200 Kg et une bouteille au whisky.
Prévoir du sel, du poivre, de l’huile d’olive et des bardes de lard.
Barder le poulet, le saler, le poivrer et ajouter un filet d’huile
d’olive. Préchauffer le four à température moyenne (220° ou
thermostat 5) pendant 10 minutes.
Pour attendre, se verser un verre de whisky et le boire. Puis mettre
le poulet au four dans un plat de cuisson approprié. Se verser un
verre de whisky et le boire. Puis un autre pour attendre un quart
d’heure.
Après un quart beure, fourrer l’ouvrir et surbeiller la buisson du
boulet. Brendre la vouteille de biscuit et s’enfiler une bonne
rasade. Après un tard …. un far t’heure …. un moment quoi,
dituber jusqu’au bour. Oubrir la borte, reburner, revourner, …..,
mettre le noulet dans l’autre sens.
S’asseoir sur une butain de chaise et se reverdir quelques verres de
wizby. Buire, tuire, cuire le loulet (et loulééé) bandant une deni-
heure. Et hop ! un berres de blus. Se rebercer une bonne voulée de
poulet, non de visky. Rabasser le loulet (l’est tombé bar terre !),
l’ettuyer et le voutre sur un blat.
Se béter la figure cause du gras sur le barrelage de la buisine. Ne
pas essayer de se relever. Déciver qu’on est bien par derre et binir
la mouteille de misky. Blus tard, ramber jusqu’au lit, dorbir ze qui
reste de la nuit.
Le lendemain matin, prendre un Alka Seltzeir, manger le poulet froid
avec de la mayonnaise en tube, et nettoyer le bazarl dans la cuisine

Voyage voyage

Bonjour bonjour,

 

Aujourd’hui, je vous propose un petit site pour vous fendre la gueule (enfin moi j’me fends là gueule et comme je connais votre humour …)

1 erement : munissez vous d’une foto de vous, genre identité récente. Me dites pas que celle de votre CV est trop vieille ou que vous n’avez jamais vraiment cherché de taf ou que vous n’avez pas 3 minutes dans votre bouinage quotidien (j’en connais qui on largement plus d’ailleurs).

Secondement : allez ici et charger la foto, suivez les indics (vous êtes pas teubés non plus !)Et hop c’est parti pour un voyage dans le temps, toutes ces époques que vous avez raté !

Tierconelement :  faites nous marrer … (mais surtout faites vous marrer) et payez moi un steack ou une guiness (ya vraiment des gens qui comparent n’importe quoi !) – Envoyez moi la tof (vous commencez à être habitué nan ?)
Voila ce qui m’a bien fait marrer :

myyearbookphoto2.jpgmyyearbookphoto1.jpg

myyearbookphoto3.jpgmyyearbookphoto4.jpg

 

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

 

Et maintenant DoroT :

myyearbookphoto6.jpgmyyearbookphoto8.jpg

myyearbookphoto3.jpgmyyearbookphoto4.jpg

Franchement la première me fait trop marrer … =)

franchuss1.jpg

Et voila Franchuss

CONCOURS – Génération (de) conneries

Comme convenu lors de nos derniers échanges, voici le concours d’affiches …

Le principe, vous créer un poster vous l’enregistrez et me l’envoyez par mail (ptireuf@aol.com). Il sera affiché puis un vote déterminera le classement au bout d’un mois disons (on verra).

Hollywoood

Oui-oui, club des 5 et autres baltringues

Tintin et 2-3 Martine

Le nom de l’artiste est écrit sous les vignettes à gauche dans l’album.
Compétiteurs actuels : Hamdi – Malou – Jordi – Loic -Gwen -Sandrin’ – Dorot – et oim -

Covers
Album : Covers

39 images
Voir l'album

 

De l’archive hors concours … déja vu mais très drôle …

Hors concours
Album : Hors concours
Une compil des anciennes couvertures ...
12 images
Voir l'album

Espece de p’ti con !

Voila, je tenais à dénoncer Hamdi et ces manières frauduleuses. Et oui Hamdi à voté au moins deux fois contre moi pour le sondage du plus con !!

capturer.jpg

Pour quelle raison ? A t’il eu peur de perdre la face ? Il s’est fais grillé puisque il était identifié ces 2 fois là sous son pseudo. Mais qui nous dit qu’il n’a pas encore plus abusé en se connectant sur divers ordis changeant ainsi son adresse IP ? Probablement par un manque flagrant d’intelligence ! Cela dit, c’est sûrement la moins vicieuse des méthodes. Peut être a t’il menacé des gens de diverses manières pour qu’ils confortent son piège machiavélique ? Une méthode de vote alternative élaborée dans sa contrée natale ? Un membre actif d’un réseau secret ? J’ai pour dernier espoir qu’il perd déjà la mémoire le pauvre (et dès fois ça vaux  le coup pour lui de ne pas se souvenir de hier, au moins pour son amour propre – mais la perte de mémoire n’est pas toujours collective, malheureusement pour lui).

Je resterais fair play et ne revoterais pas contre toi mais prends garde vil gredin, ceci est un avertissement !

Y’avait 2 vaches dans l’affaire … Krik kriK

Origine et développement (source : ce bon vieux wikipédia) Les blagues « Vous avez deux vaches » sont originaires d’Amérique (en fait ça s’appelait u have 2 cows … eh ouais !) : il s’agit en fait de blagues parodiant des exemples que les professeurs emploient dans leur cours d’introduction à l’économie. Dans ces cours, il est fréquent que l’enseignant illustre un modèle économique en prenant l’exemple d’un fermier d’une société pauvre qui utilise son troupeau pour produire et faire du commerce avec ses voisins. Les exemples sont partis de « Vous avez deux vaches ; vous voulez des poulets. Vous cherchez un autre fermier qui a des poulets et veut des vaches, etc. » Ils avaient pour intention de montrer les limites du système de troc, qui a mené à l’introduction des devises et de l’argent. Les parodies des « deux vaches », placent le fermier dans un système économique de diplômés où les vaches sont utilisées comme métaphores pour toutes les devises, capitaux, moyens de production, etc. L’intention est souvent de pointer les absurdités dans ces systèmes. Les premières blagues des « deux vaches » avaient pour but de comparer deux systèmes économiques opposés comme le capitalisme et le communisme, typiquement en décrivant comment le gouvernement et la bureaucratie pourraient interférer avec la quiétude de quelqu’un possédant deux vaches. Les définitions furent parmi les premières blagues à circuler sur Internet mais circulaient déjà sous forme manuscrite bien auparavant. Encore aujourd’hui, elles sont traduites et citées dans de nombreuses langues et sites internet, dans des douzaines de versions, avec des définitions nouvelles chaque année. De par l’universalité des catégories couvertes, les blagues des « deux vaches » sont souvent considérées comme un bon exemple d’humour inter-culturel. En pratique, la plupart de ces blagues viennent de personnes extérieures aux systèmes dont elles font la satire. 

Voila un petit recueil des meilleures : 

Activisme animalier : Vous avez deux vaches. Un commando les libère. Vous mourez de faim et vos vaches meurent de l’ESB.   

American Way Of Life : Vous avez deux vaches que vos parents vous ont donné. Votre travail est payé quatre vaches par mois, mais une fois par an, le gouvernement vous en prend 24. Pour une raison quelconque, tout le monde autour de vous semble avoir plus de vaches que vous. Finalement, la plupart de vos vaches meurent de vieillesse ou de surtraite. Puis, le gouvernement vous fournit une demi-vache par mois (juste assez pour vous éviter de mourir de faim).    Anarchie : Vous avez deux vaches. Vous les laissez se traire en autogestion au pays Basque.   Art contemporain : Vous avez deux vaches. Elles posent nues pour vous. Vous peignez un triangle et exécutez une danse interprétative.   Bigbrotherisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement les prend et vous place dans un asile pour avoir dit que le lait existait.   

Bureaucratie : Vous avez deux vaches. Pour les enregistrer auprès des services compétents vous devez remplir 17 formulaires en triple exemplaire, ce qui ne vous laisse pas le temps de les traire.    Bureaucratie américaine : Vous avez deux vaches, le gouvernement vous les prend, en perd une en la déplaçant vers une ferme de Porto Rico et oublie de traire l’autre.   Bureaucratie française : Vous avez deux vaches. Pour financer la retraite de vos deux vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (cotisation sociale de solidarité avec nos amis les bêtes) Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production du lait : le RAB (Remboursement de l’Ardoise Bovine). Les vaches se mettent en grève. Il n’y a plus de lait. Les français sont dans la rue. La France construit un laitoduc sous la manche pour s’approvisionner auprès des Anglais. L’Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. Le laitoduc ne servira jamais. On lève un nouvel impôt pour l’entretien du laitoduc.   Cannibalisme : Vous avez deux vaches. Elles se mangent mutuellement.   

Capitalisme : Vous avez deux vaches. Vous en vendez une, vous achetez un taureau, ils font des petits et vous élevez le troupeau.    Capitalisme belge : Vous avez deux taureaux. Plusieurs personnes sont blessées en tentant de les traire.   Capitalisme britannique : Vous avez deux vaches. Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l’autre. La vache vivante devient folle. L’Europe vous subventionne pour l’abattre. Vous la donnez à manger à vos deux moutons.   Capitalisme canadien : Vous avez deux vaches. La banque les saisit, en tue une et jette le lait. Vous vous suicidez.   

Capitalisme chinois : Vous n’avez pas de vaches.    Capitalisme corse : Vous avez deux vaches. Vous en déclarez 200  et vous touchez les subventions européennes.   Capitalisme européen : Vous avez deux vaches. On vous subventionne la première année pour acheter une 3ème vache. On fixe des quotas la deuxième année et vous payez une amende pour surproduction. On vous donne une prime la 3ème année pour abattre la 3eme vache.   Capitalisme français : Vous avez deux vaches. Vous vous mettez en grève pour avoir trois vaches.   

Capitalisme hollywoodien : Vous avez deux vaches. Vous en vendez une et achetez un taureau. Le taureau et la vache vivent une belle histoire d’amour. Vous cédez les droits de l’adaptation cinématographique à une major. Puis vous investissez dans l’immobilier.      Capitalisme italien : Vous avez deux vaches, mais vous ne savez pas où elles sont. Pendant que vous les cherchez, vous croisez une jolie femme. Vous l’invitez à déjeuner. La vie est belle.   Capitalisme japonais : Vous avez deux vaches. Vous modifiez leur conception pour qu’elles ne prennent que le dizième de la taille d’une vache ordinaire et qu’elles produisent vingt fois plus de lait.   Capitalisme mexicain : Vous pensez avoir deux vaches, mais vous ne savez pas à quoi ressemble une vache. Vous faites une sieste.   

Capitalisme nord-irlandais : Vous avez deux vaches, l’une protestante, l’autre catholique. Vous recevez des subventions au titre de la coopération interconfessionelle.    Capitalisme russe : Vous avez deux vaches. Vous les comptez pour vous rendre compte que vous avez cinq vaches. Vous les recomptez pour vous apercevoir que vous en avez quarante-deux. Vous les recomptez encore une fois pour découvrir qu’il n’en reste plus que douze. Vous arrêtez de les compter et vous ouvrez une nouvelle bouteille de vodka.   Capitalisme suisse : Vous avez cinq mille vaches, mais aucune ne vous appartient. Vous les gardez pour le compte d’autres personnes.   Catholicisme : Vous avez deux vaches. Vous vous sentez coupable d’avoir des vaches et vous vous confessez. Le curé vous dit que posséder des vaches n’est pas en soi un pêché aux yeux de Dieu, mais que si vous vous sentez coupable à ce sujet, peut être devriez vous libérer les vaches et dire 10 Ave Maria.   

Clintonisme : Vous avez deux vaches. Vous couchez avec l’une d’entre elles et dites aux autres animaux de la ferme qu’elles sont toutes les deux de grosses menteuses.    Communisme : Vous avez deux vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous vous partagez le lait. Bon, d’accord peut être que le caïd du coin en a plus que les autres. Ou bien les voisins se liguent contre vous et vous tuent afin qu’il y en ait plus pour eux.   Communisme nord-coréen : Vous avez deux vaches. le gouvernement vous les prend, en tue une, trait l’autre et boit le lait lui-même.   Communisme léniniste : Vous avez deux vaches. Vous devez vous en occuper, le gouvernement prend tout le lait, puis vous envoie en prison.   

Communisme stalinien : Vous avez deux vaches. Vous devez vous en occuper, le gouvernement prend tout le lait et le revend dans des magasins d’état. Vous n’avez pas assez d’argent pour en acheter et vous mourez de faim.    Conspirationnisme : Vous n’avez pas de vaches. Il n’y a jamais eu de vaches ici. Il n’y a rien à voir.   Démocratie : Vous avez deux vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.   Démocratie totale : Vous avez deux vaches. Un référendum a lieu pour bannir les produits laitiers et la viande bovine. La proposition est adoptée par deux voix contre une. Vous faites faillite.   

Démocratie américaine : Vous avez deux vaches. Le gouvernement promet de vous donner deux vaches si vous votez pour lui. Après les élections, le Président fait l’objet d’une procédure d’impeachment pour avoir spéculé sur les obligations bovines. La presse rebaptise le scandale “Cowgate”.    Démocratie américaine vue par les pères fondateurs : Vous avez deux vaches. Le gouvernement exerce les pouvoirs qui lui sont délégués par le peuple, qui est souverain. La majorité ne peut dicter intégralement sa volonté à la minorité car le peuple et ses représentants (élus, nommés, ou employés) sont contraints par divers garde-fous, incluant la Constitution, la Déclaration des Droits, les trois branches co-égales du gouvernement et les 50 états de l’Union (voir Article IV, section 4). Donc ce que le gouvernement fait avec vos vaches et avec le lait qu’elles produisent dépend de l’interaction entre le peuple et les garde-fous mentionnés ci-dessus.   Démocratie chrétienne : Vous avez deux vaches. Vous en gardez une, et vous donnez l’autre à votre voisin.   Démocratie représentative : Vous avez deux vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.   

Démocratie réunionnaise : Vous avez deux vaches divagantes dans la forêt primaire gérée par l’ONF. Un agent forestier applique les consignes et les amène à l’enclos. Vous faites une descente avec 30 collègues planteurs, avec un sabre à canne chacun. La gendarmerie s’interpose, et vous bloquez la route nationale. Le président PCR du conseil régional fait voter une subvention aux vaches divagantes. Le député de droite déclare dans le JIR (journal de l’île de la réunion) que c’est une prime à la paresse et que tout ça donne une mauvaise image de La Réunion à Paris. L’arrivée d’un cyclone, une reprise du chikungunya et un nouvel effondrement sur la route du littoral arrêtent la polémique.    Démocratie de Singapour : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour détention non autorisée de bétail en appartement.   Dictature : Vous avez deux vaches. Le gouvernement les prend toutes les deux et vous fait fusiller.   Ecologie : Vous avez deux vaches. Vous chauffer votre maison avec la chaleur captée lors de la traite et le méthane produit par les vaches. Vous faites de l’épandage avec la bouse pour fertiliser le sol et plantez des éoliennes sur les vaches.   

Ecologie australienne : Toutes les nations du monde libre, sauf les Etats-Unis, vous demandent de baisser vos émissions de gaz à effet de serre en réduisant la production de votre industrie lourde. Vous chargez un comité d’experts de proposer une alternative. Leur conclusion est que la plupart des gaz à effet de serre sont émis par les vaches. Vous bouchez leur anus. Elles explosent et volent jusqu’en Amérique où elles sont abattues par la défense aérienne pour avoir voulu éviter d’acquitter des droits de douane.    Economie centralisée : Vous avez deux vaches. Et un problème pour les retrouver au milieu d’un champ contenant 100 000 000 de vaches.   Economie redistributive théorique : Vous avez deux vaches. Vous les vendez toutes les deux aux riches. Le gouvernement taxe les riches en leur prélevant une vache et la donne aux pauvres.   Economie redistributive réelle : Vous avez deux vaches. Vous les vendez toutes les deux aux riches. Le gouvernement taxe les riches en leur prélevant une vache et la donne aux pauvres. Le gouvernement a dépensé l’équivalent de trois vaches en frais de fonctionnement.   

Education nationale – Programme de langues : Vous avez deux vaches. Vous souhaitez que les élèves puissent parler aux vaches. Plutôt que d’apprendre le français aux deux vaches, vous apprenez à meugler à 500 000 élèves. Les élèves oublient le français. Vous ne vous sentez pas concerné.    Esclavagisme : Vous avez deux vaches. Un marchand d’esclaves vous vend et vous devez les traire pour votre nouveau patron.   Existentialisme : Vous avez deux vaches. Vous déclarez “L’enfer c’est les vaches”.   Fascisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement les prend toutes les deux, puis vous emploie pour vous en occuper, et vous vend le lait.   

Fascisme français : Vous avez deux vaches, le gouvernement les réquisitionne et vous autorise à lui acheter un peu de lait écrémé.    Fédéralisme belge : Vous avez deux vaches. Comme la vache flamande ne veut s’exprimer qu’en néerlandais et que la vache wallonne ne connaît que le français (et encore), le gouvernement fédéral décide de les placer dans des enclos séparés. Isolées, elles deviennent toutes les deux neurasthéniques. Le gouvernement wallon périclite parce qu’il ne tire plus une seule goutte de lait de sa vache. Le gouvernement bruxellois se plaint auprès de la Commission européenne parce qu’il n’a pas reçu sa part de vache. Le gouvernement de la Communauté germanophone n’en a pas eu non plus mais il s’en fout parce qu’il reçoit son lait directement d’une laiterie d’Aix-la-Chapelle. Le gouvernement de la Communauté Française Wallonie-Bruxelles non plus mais il s’en fout parce qu’il n’aurait de toute façon pas d’argent pour financer la machine à traire la vache. Le gouvernement flamand ne se contente pas de la communautarisation de sa vache et exige son indépendance de façon à appliquer sa propre méthode originale de traite des vaches qu’il espère breveter et exporter à l’étranger bien qu’elle soit inefficace.  Féodalisme : Vous avez deux vaches. Le seigneur s’arroge la moitié du lait.   Freesbisme : Vous avez deux vaches. L’une d’elles vole sur le toit et reste coincée. Vous espérez que le gouvernement dispose d’échelles à vaches permettant de la récupérer.   

Indouisme : Vous avez deux vaches. Elles sont sacrées et vous mourrez de faim.    Indépendantisme bovin : Vous avez deux vaches. Les vaches décident que vous n’avez aucun droit sur leur lait et vous quittent pour former leur propre société.  Industrialisme : Vous avez deux vaches. Vous les disséquez et réfléchissez à la manière de les remplacer par une usine de production de lait de synthèse.   Je m’en foutisme : Vous avez deux vaches ; elles crèvent pendant que vous surfez sur Internet et faites la fête avec les copains.   

Koh-lantisme : Vous avez deux vaches. Elles sont emmenées dans un endroit éloigné et doivent participer à diverses épreuves pour gagner leur “immunité”. Puis elles votent pour s’éliminer et un jury d’autres vaches désigne une gagnante qui remporte une forte somme d’argent. La gagnante mange l’argent et meurt de coupures internes dues au papier des billets de banque. La perdante gagne des millions grâce à des publicités et des produits dérivés.    Mafia : Vous avez deux vaches. Des tueurs à gages en tuent une et déposent sa tête dans votre lit. On vous offre une protection pour l’autre en échange de lait.   Masochisme : Vous avez deux vaches sadiques.   Matrice : Vous ne pouvez pas traire les vaches. C’est impossible. Rappelle toi plutot de ça… Il n’y a pas de vaches. Tu verras, ce ne sont pas les vaches qui se font traire, mais toi.   

Nazisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.    Pragmatisme suédois : Vous avez besoin de deux vaches. Vous achetez des vaches Ikea à assembler vous-même (c’est moins cher).   Social-démocratie : Vous avez 2 vaches. Les 2 vaches forment un syndicat et se mettent en grève pour réclamer une augmentation de leur ration minimum de soja. Devant votre refus catégorique, elles organisent un blocus des étables et paralysent la distribution de lait. Au bout d’une semaine, voyant que le conflit tourne mal (comme le lait), le gouvernement prend le taureau par les cornes et organise une table ronde. Vous finissez par donner satisfaction aux vaches mais en étalant les augmentations sur 30 ans (rappel: durée de vie d’une vache 10 ans). Le gouvernement s’engage à étudier avant 2050, les dossiers d’indemnisation concernant les vaches étrangères (non anglaises) prises dans le blocus. Cette mesure sera de toute façon annulée par le prochain gouvernement.   

Surréalisme : Vous avez deux ornithorynques. Le gouvernement en peint un en vert et exige que vous leur donniez des leçons d’harmonica.   

You-M-pi et la Stéganographie

Dans notre parti politique, nous accomplissons ce que nous promettons.

Seuls les imbéciles peuvent croire que

nous ne lutterons pas contre la corruption.

Parce que, il y a quelque chose de certain pour nous :

L’honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.

Nous démontrons que c’est une grande stupidité de croire que

les mafias continueront à faire partie du gouvernement comme par le passé.

Nous assurons, sans l’ombre d’un doute, que

la justice sociale sera le but principal de notre mandat.

Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s’imaginent que

l’on puisse continuer à gouverner

avec les ruses de la vieille politique.

Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que

soit mis fin aux situations privilégiées et au trafic d’influences

nous ne permettrons d’aucune façon que

nos enfants meurent de faim

nous accomplirons nos desseins même si

les réserves économiques se vident complètement

nous exercerons le pouvoir jusqu’à ce que

vous aurez compris qu’à partir de maintenant

nous sommes l’UMP, la « nouvelle politique ».

Voila, à relire à l’envers … héhé bateau mais rigolo … (source : inconnue)

Pareil pour la route :

M.SEGUIN
M.LEGROS
M.BRANLEY
M.CAREL
Mme SEGOLENE ROYAL
M.SAUTER
M.PAPU
M.GENET
Mme MADY
M.JOSPIN

Et encore un autre exemple très celèbre texte d’une correspondance entre un couple, attribuée (peut etre faussement) à George Sand et Alfred de Musset :  (a vous de trouver comment ca marche …)

Je suis très émue de vous dire que j’ai
bien compris, l’autre jour, que vous avez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde un souvenir de votre
baiser et je voudrais que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul. Si vous voulez me voir ainsi
dévoilée, sans aucun artifice mon âme
toute nue, daignez donc me faire une visite.
Et nous causerons en amis et en chemin.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère capable de vous offrir l’affection
la plus profonde et la plus étroite
amitié, en un mot, la meilleure amie
que vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, alors que l’abandon où je
vis est bien long, bien dur et bien souvent
pénible, ami très cher, j’ai le cœur
gros, accourez vite et venez me le
faire oublier. À l’amour, je veux me sou-
mettre entièrement.

Votre poupée.

Reponse : (je vous laisse trouver l’astuce …)

Quand je vous jure, hélas, un éternel hommage
Voulez-vous qu’un instant je change de langage
Vous avez su captiver les sentiments d’un cœur
Que ne puis-je, avec vous, goûter le vrai bonheur
Je vous aime, ô ma belle, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire
Avec soin, de mes vers, lisez le premier mot
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

 

Armageddon

Depeche AFP france inter

version texte :

« Après coup, craquer l’allumette a été ma grosse erreur. Mais j’essayais seulement de récupérer le hamster.  » a raconté Eric Tomaszewski aux docteurs stupéfiés du Service des Grands Brûlés de l’hôpital de Salt Lake City.

Tomaszewski et son partenaire homosexuel Andrew Kiki Farnum ont été admis pour un traitement d’urgence après qu’une sodomie eut sérieusement mal tourné.  » J’ai poussé un tube en carton dans son rectum et glissé Raggot, notre hamster, à l’intérieur « , a-t-il expliqué. « Comme d’habitude, Kiki a crié « Armageddon!  » pour indiquer qu’il en avait assez. J’ai essayé de récupérer Raggot mais il ne sortait pas, j’ai donc regardé dans le tube et craqué une allumette, pensant que la lumière pouvait l’attirer « .

hamsterwithgun.jpg

A une conférence de presse, un porte-parole de l’hôpital a décrit ce qui s’est passé ensuite: L’allumette a enflammé une poche de gaz intestinal et une flamme a jailli du tube, enflammant les cheveux de M. Tomaszewski et brûlant sévèrement sa figure. Elle a aussi mis le feu au pelage du hamster, qui, à son tour, a enflammé une poche plus grande de gaz plus loin dans l’intestin, propulsant le rongeur comme un boulet de canon.

Tomaszewski a été brûlé au deuxième degré et a eu le nez cassé par l’impact avec le hamster, tandis que Farnum a été brûlé au premier et au deuxième degré à l’anus et sur la partie inférieure de son intestin.

Source: Los Angeles Times

LE CH'VEU 2014 par Pat... |
SYNAPCCA |
L'ECRIT D'HYMALET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Merlin Bonheur
| ... HUMAINSANIMAUX du m...
| AWANATU